Comment être publié dans Bloomberg Businessweek ?

Rob Vargas, directeur de la création de Bloomberg Businessweek, explique pourquoi les nouveaux talents sont essentiels à l'esthétique avant-gardiste (et très drôle) du magazine.

nadia mendez bloomberg.gif

Pour un magazine qui publie une couverture sérieuse de la politique mondiale et des questions financières, l'esthétique du design de Bloomberg Businessweek pourrait vous surprendre. Ils sont connus pour leur humour insolent, couvertures ultra créatives et des animations en ligne. Il ne s'agit pas des rapports boursiers du journal de votre grand-père. C'est quelque chose de plus frais pour une nouvelle génération de lecteurs qui veulent des histoires d'affaires avec une bonne dose de style.

Rob Vargas a rejoint Businessweek en 2010, après un passage à Le New York Times et l'ancien Détails magazine. Il est devenu directeur de la création en 2014, succédant à Richard Turley, qui a été remplacé par le directeur général de l'Union européenne. à l'origine de l'initiative la métamorphose du magazine. Grâce à Turley, le magazine, vieux de 80 ans, s'est transformé en une publication visuellement dynamique qui passe aisément de l'imprimé au numérique.

rob-vargas-bloomberg

M. Vargas se souvient avec amusement de la semaine au cours de laquelle la nouvelle maquette a été mise en place. Le télécopieur recevait sans arrêt des messages indignés de lecteurs plus âgés qui voulaient savoir pourquoi la couverture était si différente. "Nous avons reçu une plainte - parce que nous avions déplacé les numéros de page du bas de la page au milieu de la page - qui demandait pourquoi nous avions supprimé les numéros de page", raconte M. Vargas. "Je pense que nous avons probablement perdu quelques lecteurs avec cette refonte, mais je pense aussi que nous en avons gagné.

Cela ne devrait pas être une surprise, étant donné la nature irrévérencieuse de l'œuvre de Vargas. BusinessweekLe directeur de la création souhaite travailler avec des designers et des photographes émergents, et se tourne souvent vers Instagram pour dénicher de nouveaux talents. Nous nous sommes entretenus avec M. Vargas pour savoir ce qu'il attend d'une présentation, le processus de conception qui est à l'origine de la création d'un projet. Businessweek's et la nouvelle conception qui sera mise en place en mai prochain.

Si tout n'est que pessimisme et morosité, vous ne servez pas nécessairement le lecteur.

bloomberg-cover-bjarke-ingels
bloomberg-cover-2
bloomberg-map

Format : Bonjour, Rob ! La première chose qui ressort de Businessweek est l'humour. Avez-vous pour mission d'être drôle ?

Rob Vargas : Nous avons le sens de l'humour, mais avec certaines exceptions. Nous faisons des couvertures sérieuses lorsque les sujets traitent de la vie des gens en danger, mais nous nous démarquons nettement d'autres magazines qui ont un ton très colérique et ouvertement critique.

Personnellement, je pense que l'humour est très important. Si tout n'est que tristesse et morosité en permanence, vous ne servez pas nécessairement le lecteur. Si vous lui donnez des informations sérieuses et importantes, mais que vous le faites sourire un peu avec le design, je pense que cela a de la valeur. C'est dans cet espace que se situe notre esthétique et c'est ce que nous ajoutons au contenu.

Comment se déroule le processus de commissionnement pour les indépendants ?

Selon la méthode traditionnelle, un magazine a des directeurs artistiques qui se consacrent exclusivement à la commande de photographes et d'illustrateurs. À l'heure actuelle, le magazine n'a pas de directeur artistique. BusinessweekNous faisons appel à 97% de nos photographes, mais pour ce qui est de l'illustration et de la typographie, nous avons tendance à les réaliser en interne. Nous investissons dans des personnes qui peuvent être présentes à plein temps.

Cela dit, nous acceptons les propositions. C'est très fluide et les délais sont très courts. Il y a des designers qui sont là depuis des années, des free-lances qui veulent rester free-lances mais qui veulent juste venir pour six mois, et puis il y a des designers qui travaillent avec nous pour de petites périodes de temps. C'est très fluide. Comme partout, il y a un flux et un roulement.

Quel type de design vous intéresse en ce moment ? Y a-t-il des tendances ou des styles spécifiques que vous souhaitez incorporer dans le magazine au cours de l'année à venir ?

C'est une question délicate, car c'est la septième année que nous utilisons l'itération actuelle, et nous étudions actuellement une refonte qui sera lancée en mai. Il est donc difficile d'avoir une idée précise du type d'esthétique que nous rechercherons. D'une manière générale, ce qui nous intéresse lorsque nous recherchons des illustrateurs, des artistes et des typographes, ce sont les personnes qui n'ont pas été trop utilisées. Cela ne veut pas dire que la popularité d'une personne la rend moins précieuse, mais nous nous sommes créé un espace où nous avons une esthétique quelque peu étrange et unique, et nous aimons donc trouver des personnes qui n'ont peut-être jamais travaillé pour un magazine d'affaires, ou qui n'ont peut-être jamais travaillé pour une publication à grand tirage auparavant.

Nous souhaitons approcher des personnes qui pourraient nous donner un résultat plus inattendu. Nous n'aimons pas l'idée de l'illustration éditoriale classique, que nous définirions par des hommes en costume grimpant des lettres. Nous aimons les illustrateurs qui ont une voix et une esthétique très fortes et qui ne font pas nécessairement des choses en rapport avec notre contenu. Nous pensons que cette tension crée quelque chose d'intéressant.

À quoi ressemble un bon discours pour vous ?

Quelque chose de surprenant. Il y a différentes façons de définir quelque chose de grand - cela peut être très beau ou laid à certains égards. Je pense que pour nous, nous recherchons moins des choses qui sont classiquement belles. Nous recherchons plutôt des choses qui ont une voix très contemporaine et qui semblent exister dans la culture d'aujourd'hui. Quelque chose de très actuel. Et je pense que c'est en constante évolution.

Pour moi, une bonne présentation indique que l'artiste est dans une phase où il prend des risques, où chaque pièce de son portfolio n'est pas encore finie. Nous voulons voir beaucoup d'expérimentation et d'espièglerie. C'est ce genre de choses qui nous enthousiasme en ce moment.

Nous aimons les illustrateurs qui ont une voix et une esthétique très fortes et qui ne font pas nécessairement des choses en rapport avec notre contenu. Nous pensons que cette tension crée quelque chose d'intéressant.

bloomberg-gif-ballmer
bloomberg-gif-obama

Avez-vous une préférence pour le travail analogique ou numérique ?

Non, pas vraiment. Tout dépend du contexte et du moment. Pour le rendu 3D, nous avons besoin de plus de temps pour l'exécution, alors que les styles analogiques peuvent évidemment être exécutés rapidement. D'un point de vue logistique, l'analogique est donc plus facile pour nous. Nous aimons aussi beaucoup sentir la main de l'artiste dans une œuvre, et lorsque nous travaillons en 3D, c'est la même chose : nous ne voulons pas d'œuvres en 3D qui aient l'air trop polies. Nous aimons l'imperfection. Mais évidemment, c'est au cas par cas.

Où cherchez-vous de nouveaux talents ?

Je suis sur Instagram souvent. Je vérifie le profil de quelqu'un s'il a aimé un de mes messages. La plupart de mes posts sont stupides, donc je sais que si quelqu'un a aimé mon post, c'est qu'il comprend probablement mon humour. Je vais voir son profil, et bien souvent, il s'agit d'artistes ou d'illustrateurs très sympas, puis je regarde leur fil d'actualité et je trouve d'autres artistes qui ont commenté leurs posts. Pour moi, c'est la façon la plus organique de découvrir des gens, mais il est évident que je continue à regarder les agences et à naviguer sur Behance. C'est un mélange.

Vous arrive-t-il de travailler avec de nouveaux talents qui n'ont jamais collaboré avec une autre publication ?

Oh oui, bien sûr. C'est ce qui m'enthousiasme le plus. Il y a quelques artistes à qui nous avons donné leur première commande. Je pense que c'est très important. Il y a tellement de talent. Évidemment, les personnes qui reçoivent beaucoup de travail le méritent, et je n'essaie pas de les en priver, mais je suis heureux de donner au plus grand nombre une chance de faire connaître leur travail. Je ne pense pas nécessairement que ce soit une bonne chose si les images sont diffusées par les mêmes personnes encore et encore. D'une certaine manière, c'est un peu plus un pari de travailler avec quelqu'un de moins expérimenté, mais je pense que cela en vaut vraiment la peine. Vous pouvez obtenir quelque chose de beaucoup plus unique.

Que pensez-vous du fait que quelqu'un vous fasse des propositions plus d'une fois ?

Je pense que c'est formidable et important ! Il arrive parfois que quelqu'un me contacte des centaines de fois et que, malheureusement, je ne pense toujours pas qu'il corresponde à ce que j'attends de lui. Businessweek. D'autres fois, les gens sont persistants, et lorsque quelque chose se présente, je me souviens d'eux et je leur tends la main.

Je reçois beaucoup d'e-mails dans lesquels le nom du magazine est mal orthographié, mais si je reçois un e-mail de quelqu'un qui a regardé le magazine et l'a compris, c'est une évidence. La plupart du temps, c'est à l'illustrateur de ne pas m'envoyer quelque chose qui a l'air d'appartenir à un magazine. Bon ménage. La persévérance est certainement payante, mais il faut aussi savoir à qui l'on s'adresse.

Vous avez donc un bon discours. Quelle est la suite ? Quel est le délai d'exécution ?

Cela peut durer de quatre jours à un jour. Pas plus. Si nous recevons un projet tôt, il y a 90% de chances que nous l'exécutions. En général, il y a beaucoup de travail le week-end. Les illustrateurs m'envoient des esquisses pendant le week-end et je les approuve. Cela prolonge un peu le temps dont nous disposons. Mais en général, nous ne disposons pas de plus de quatre jours ouvrables, et si nous avons un week-end, c'est un peu plus long.

Quels sont les défis auxquels vous avez été confronté en tant que directeur de la création ?

Je dirais qu'il faut trouver un équilibre entre la liberté d'expression du designer ou de l'artiste et la nécessité de s'assurer que le design est au service de l'histoire et qu'il a un sens dans le magazine. Je pense qu'une partie de notre défi spécifique vient du fait que nous nous sommes dotés d'une esthétique assez éclectique, et le sentiment général est donc de commencer avec le paramètre "Tout est permis".

Parfois, cela donne quelque chose d'absolument parfait, mais parfois ce n'est pas tout à fait ça. Il faut donc veiller à ce que les gens soient dirigés, mais aussi à ce qu'ils aient la possibilité d'y apposer leur empreinte, car c'est en partie ce qui fait la spécificité de notre magazine. Il ne s'agit pas d'une vision homogène. J'ai l'impression que tous ceux qui ont participé au magazine y ont apporté une contribution unique, et c'est quelque chose que j'ai toujours voulu préserver.

Il ne s'agit pas d'une vision homogène. J'ai l'impression que tous ceux qui sont entrés dans le magazine y ont apporté une contribution unique, et c'est quelque chose que j'ai toujours voulu préserver.

bloomberg-cover-1
bloomberg-cover-5
bloomberg-cover-yahoo-1

À quoi ressemble le processus de conception d'une couverture ?

C'est également très souple. Parfois, elle vient de moi, parfois elle vient d'une conversation avec le directeur photo, parfois j'envoie un courriel à toute l'équipe de conception pour qu'ils m'envoient des croquis, et nous développons la couverture à partir de là. Il y a tellement de façons différentes de procéder. C'est cette absence de processus cohérent qui donne lieu à des idées intéressantes.

J'aime bien lâcher un peu de lest, car d'une semaine à l'autre, la charge de travail des gens change, et il faut donc que les esprits les plus frais s'en occupent. Si c'était à moi de penser à la couverture chaque semaine, ce serait un désastre. Je m'appuie sur l'ensemble du personnel. Parfois, nous réalisons les couvertures en interne, parfois nous les commandons. En général, c'est vraiment un travail de groupe.

À quoi cela ressemble-t-il lorsqu'un projet ne fonctionne pas et qu'il faut peut-être y mettre son veto ?

Il est arrivé que l'on nous reproche de dépasser un peu les bornes, mais en général pour des choses vraiment mineures. Parfois, nous nous amusons un peu trop avec un titre, ou parfois vous abordez simplement un sujet délicat. Comme je l'ai dit, j'ai toujours aimé partir d'un point où tout est permis, et il arrive que nous allions un peu trop loin, et que les rédacteurs en chef soient obligés de nous reprendre un peu.

Une grande partie de ce que nous avons fait ici, c'est de publier des articles qui critiquent les entreprises, de sorte que nous nous penchons souvent sur des cas où il existe des preuves factuelles qu'une entreprise a mal agi. Cela nous donne une grande liberté d'action et nous permet d'aborder ces sujets de manière ludique, car nous n'avons pas nécessairement besoin d'y être sensibles.

Avez-vous des projets personnels sur lesquels vous travaillez ?

[Non, pas vraiment. Je veux dire que j'ai des hobbies, mais rien qui n'ait à voir avec le design. J'adore ce travail. J'adore travailler avec l'équipe que j'ai maintenant, mais quand je ne suis pas au bureau, j'aime me déconnecter. Beaucoup de designers ont du mal à se déconnecter, et c'était mon cas, mais ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui. Je peux facilement passer à un mode où je ne pense plus du tout au travail ou à la conception.

Un dernier conseil sage ? Que souhaiteriez-vous savoir lorsque vous étiez plus jeune ?

Je reçois des propositions de personnes talentueuses, mais ce n'est pas parce qu'elles sont talentueuses qu'elles conviennent à un projet donné. Je pense qu'il est important d'explorer et de s'informer sur qui fait quoi et comment, et de concentrer ses efforts sur les personnes, les entreprises et les magazines qui ont une voix que l'on partage.

D'un côté, il est important de faire connaître son travail autant que possible et de contacter autant de personnes que possible. Mais, vous savez, j'ai l'impression que le taux de réussite sera plus élevé si l'on essaie vraiment de trouver des personnes qui partagent les mêmes idées que soi. Cela nécessite une tonne de recherche et d'exploration, ainsi qu'une présentation très ciblée.

Les gens devraient donc éviter de jeter un filet trop large et plutôt faire des recherches ?

C'est tout à fait exact. Je pense vraiment qu'il est plus rentable de concentrer ses efforts que de s'adresser à tout le monde. Il est important d'identifier sa propre voix avant de savoir qui la partage.

bloomberg-cover-zuckerberg
bloomberg-cover-2016-5

En savoir plus sur la publication de votre travail ici.

Image d'en-tête via Nadia Mendez/Image de profil via Framework.

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez vos photos grâce à notre kit gratuit pour débutants (*en anglais). Conseils exclusifs et astuces d'experts pour perfectionner votre art, créer un portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom
S'abonner à la lettre d'information Field Label

Dernières nouvelles

fr_FRFR