Tobin Yelland, photographe emblématique du skateboard, donne des conseils de carrière

Construire une carrière de photographe qui s'étend sur trois décennies demande de l'ardeur, du réseau et la capacité d'un skateboarder à se relever.

tobin yelland skateboard photography 1

Au milieu des années 80, alors que le skateboard n'était pas encore l'énorme phénomène qu'il allait devenir, Tobin Yelland a pris un appareil photo que sa mère avait laissé traîner dans la maison et a commencé à photographier ses amis. Il n'y avait pas beaucoup de concurrence pour les photographes de skate à l'époque, et Yelland a réussi à faire publier quelques photos à l'âge de 15 ans. Cela lui a valu un $100 sauvage et la perspective d'un avenir à faire ce qu'il aimait.

Il s'est dit : "Mon Dieu, attendez, $100, ça pourrait être un travail", raconte Yelland au téléphone depuis la cuisine du studio d'art de son ami à Los Angeles. Cela pourrait être un travail", raconte Yelland au téléphone depuis la cuisine du studio d'art de son ami à Los Angeles. "À partir de ce moment-là, j'ai voulu devenir photographe. J'ai pensé que ce serait un moyen extraordinaire de gagner ma vie.

Comme beaucoup de photographes, Yelland a été fasciné par les possibilités d'un appareil photo, l'idée que, du moins jusqu'à ce qu'il soit éduqué, faire un souvenir physique de quelque chose ressemble presque à de la magie. Outre son enthousiasme pour le défi scientifique que représente la recherche d'une exposition ou d'un tirage parfait, c'est un sentiment qui l'habite encore aujourd'hui, des décennies plus tard.

"Je pense que mon envie première était de regarder un appareil photo et d'essayer de le comprendre. C'était magique d'être dans la chambre noire en train de développer un tirage à partir d'un morceau de papier blanc et d'attendre que l'image apparaisse. C'est une histoire clichée, mais c'est toujours comme de la magie".

On a toujours l'impression que c'est magique.

Ray_Barbee_Tobin_Yelland
Tobin_Yelland_Jason_Lee_skateboarding

À partir de là, devenir photographe professionnel n'était pas une idée trop folle : une chambre dans un appartement, à l'époque, à San Francisco coûtait environ $300, et Yelland pensait qu'il pourrait faire publier son travail environ cinq fois, ce qui couvrirait ses dépenses mensuelles. Il a décidé de ne pas aller à l'université et de consacrer toute son énergie au skate et à la photographie de skate. Il a fait la même chose avant que cela ne lui permette de subvenir entièrement à ses besoins la plupart des artistes Il a été assistant électricien, a fait des travaux de construction, a livré des légumes pour des restaurants. Il a été assistant électricien, a accepté des contrats dans le bâtiment, a livré des légumes pour des restaurants - tout ce qui pouvait le maintenir à flot, des emplois qu'il pouvait occuper au gré de ses besoins.

"J'ai photographié tous les jours", a déclaré M. Yelland. "C'est ce que j'ai fait. C'était 'ça passe ou ça casse', parce que je ne voulais pas retourner dans le bâtiment. Je me suis dit : "Je vais faire ça 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et être photographe". Ma mère était une artiste, alors parfois je la photographiais en train de faire de l'art, ou j'étais embauché pour différents travaux artistiques. Des groupes me demandaient de les photographier et me payaient un peu, ou je faisais publier des photos dans différentes publications de San Francisco. Ensuite, j'ai eu l'occasion de faire des photos de films et d'affiches de cinéma, des photos de mode et des photos publicitaires. Une chose en amène une autre. Vous rencontrez un groupe de personnes dans le cadre d'un projet et vous restez en contact avec elles, ce qui vous permet d'aller et venir et de travailler avec d'autres personnes. Les choses ne cessent de s'agrandir.

Je photographiais tous les jours. C'était "ça passe ou ça casse", car je ne voulais pas retourner dans le secteur de la construction.

Depuis qu'il a commencé avec un appareil photo emprunté et quelques copains qui patinaient en ville, Yelland a photographié des célébrités telles que Justin Bieber, Henry Rollins, et Jason Lee. Il a travaillé pour tout le monde, du * New York Times* au Hypebeastainsi que des campagnes pour des marques telles que Fender, Calvin Klein et Vans. En plus de photographier des images fixes et des affiches de films, il expose ses photographies et ses films depuis plus de vingt ans dans des lieux tels que l'Institut de la photographie et de l'audiovisuel de l'Union européenne. Centre des arts Yerba Buena, de Philadelphie Institut d'art contemporainet Étourdi et confusà Londres. C'est une chose de poursuivre une passion et de se constituer un portefeuille, mais c'en est une autre de gagner sa vie. Pour Yelland, il s'agit d'un processus en deux temps.

"Il faut se constituer un corpus d'œuvres, mais aussi un réseau de personnes, d'amis et de personnes partageant les mêmes idées", explique M. Yelland. "Il faut creuser, se dire qu'on est le 15 juin et qu'on a des factures à payer le 1er juillet, et commencer à passer des coups de fil, à envoyer des courriels, à sortir de chez soi, à aller à la rencontre des gens. Alors on commence à passer des coups de fil, à envoyer des courriels, à sortir, à aller à des fêtes, à rencontrer de nouvelles personnes. Je pense que c'est un élément important : rencontrer de nouvelles personnes, être sociable. Plus j'ai confiance en ce que je fais, plus j'aime ce que je fais, plus il y a de gens avec qui je peux partager ce que je fais, plus il y a d'opportunités qui se présentent à moi.

tobin-yelland-skateboard-photographie-2
tobin-yelland-photographie-3

J'ai l'impression d'avoir volé quelque chose, ou d'avoir mis de l'argent dans ma poche, lorsque j'obtiens une bonne photographie.

Cela aide quand on a une esthétique aussi naturelle que celle de Yelland. Dans ses portraits et ses photos de style de vie, ses sujets ont toujours l'air infiniment à l'aise, et ses photos de skateboard sont intemporelles, comme si elles avaient été prises par quelqu'un qui se trouvait juste au bon moment au bon endroit, sans production inutile ni éclat. Cela s'explique en partie par le fait que ce type est un véritable produit de ces scènes, mais aussi par l'endroit où il a trouvé l'inspiration. Des photographes comme Craig Stecyk, qui a photographié les gars de Dogtown et de Z-Boys, et Mörizen Föche, alias Mofo, sont deux grandes influences. Tous deux ont un style agressif et recherchent des personnages intéressants et pleins d'énergie, sans flash. Yelland cherche à créer une intensité similaire dans ses portraits, ce qui donne à ses sujets une impression de multidimensionnalité.

"J'ai l'impression d'essayer de voler un moment, d'échapper à quelque chose dans ma photographie. Je ne veux pas rabaisser qui que ce soit avec la photo que je prends, mais j'ai l'impression d'avoir volé quelque chose, ou d'avoir mis de l'argent dans ma poche, lorsque j'obtiens une bonne photo. Je me dis : "Ouah ! J'ai marqué !". Et j'ai marqué pour moi. Il y a cette recherche d'un sentiment agréable lorsque vous avez pris une bonne photo. C'est vraiment ce que je recherche".

Pour les jeunes photographes qui cherchent à trouver leur propre style naturel, Yelland a des conseils incroyablement simples mais très efficaces. La première partie n'est pas très éloignée des conseils donnés par le photographe Ryan McGinley lors de sa conférence de presse. Discours de rentrée 2014 de Parsonsdans lequel il exhortait les étudiants à ne pas se lancer dans la compétition.

"Essayez d'occuper la majeure partie de votre temps à photographier ce que vous voulez photographier parce que vous voulez le photographier", dit Yelland. "Pas parce que cela semble être la bonne chose à faire. Essayez également d'apprendre des autres. Cherchez des mentors. Je pense que les personnes qui réussissent le mieux, ou celles qui trouvent le plus d'inspiration, sont celles qui n'ont pas peur de frapper à la porte de quelqu'un, de passer un coup de fil ou d'envoyer un courriel à quelqu'un pour lui dire : "Hé, j'adore ton travail, ça te dérange si je t'invite à déjeuner ou si je t'offre un café et que je te pose quelques questions ? Apprendre des gens, apprendre comment d'autres photographient et naviguer dans le métier de photographe, et trouver un moyen d'en vivre tout en s'épanouissant sur le plan créatif. C'est une sorte d'énigme".

tobin-yelland-photographie-5
1997_Sheffy_Tobin_Yelland

Beaucoup de créativité personnes et scènes sont nés du skateboard, qui semble attirer des penseurs hors du commun, tels que les Ed Templeton ou Mark Gonzales. Il pourrait s'agir du mariage de la physicalité et de l'art dans ce sport. patiner sur "Traneing In" de John ColtraneIl est fluide, naturel et amusant, et ressemble moins à un exploit qu'à un gars qui a trouvé un moyen facile de se déplacer. C'est fluide, naturel et amusant, et cela ressemble moins à un exploit qu'à un gars qui a trouvé un moyen facile de se déplacer. De plus, comme pour toute activité créative, la seule façon de persévérer est de s'habituer à échouer encore et encore, sans jamais être sûr que vos tentatives de figures ou d'idées aboutiront à un résultat. Les skateurs ont l'habitude de se faire renverser et de se relever. C'est un avantage inhérent à l'artiste. Et Tobin Yelland y est habitué.

"Il faut échouer la plupart du temps", explique Yelland. "Certaines personnes peuvent réussir toutes les figures, ou la plupart d'entre elles. Mais la majorité des gens que je vois faire du skateboard essaient, tombent, se blessent gravement encore et encore, puis réussissent une fois. Ensuite, leurs amis ont peut-être pris une photo ou une vidéo d'eux, ou peut-être pas. Mais une fois qu'on y arrive, on se dit : "Wow ! J'ai réussi". C'est la récompense. Il n'y a pas de mal à échouer, et l'échec en fait partie. Si vous n'échouez pas, vous n'essayez pas vraiment".

Voir plus de La photographie de Tobin Yelland à son portefeuille, construit à l'aide de Format.

Tobin_Yelland_skate_photographie
speyer_tobin_yelland
Tobin_Yelland_Julien_Stranger
Tobin_Yelland_Julien_Stranger_full_pipe
Tobin_Yelland_Photographie_Mike_Carroll
A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez vos photos grâce à notre kit gratuit pour débutants (*en anglais). Conseils exclusifs et astuces d'experts pour perfectionner votre art, créer un portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom
S'abonner à la lettre d'information Field Label

Dernières nouvelles

fr_FRFR