Travail en free-lance : Conseils de survie en matière de santé mentale pour les professionnels de la création

Conseils pour survivre mentalement à la vie d'un professionnel créatif indépendant.

chris warton muji 1

Image d'en-tête par Chris Warton pour Muji

Je suis ponctuel. J'arrive en avance aux réunions, je réponds rapidement aux courriels. En tant que producteur audio indépendant, c'est un trait de caractère dont je suis fier. J'imagine que cela témoigne de ma fiabilité, de mon sens de l'organisation et de mon respect des autres. Puis j'ai lu cette étude suggérant qu'il s'agit peut-être simplement d'une perception déformée du temps.

Il s'avère que ma ponctualité pourrait être le résultat d'une expérience où les minutes s'écoulent plus vite qu'une horloge. C'est une chose positive lorsque je travaille avec d'autres personnes, mais il y a un revers à la médaille. Lorsque je travaille seul, mon cerveau rapide est facilement convaincu qu'il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour accomplir les tâches. Il peut aussi s'enflammer en pensant que j'ai consacré trop de temps à des projets.

Lorsque j'ai compris que mon métronome interne était hors service, j'ai compensé en achetant la meilleure souris d'ordinateur ergonomique pour glisser sur l'écran à toute vitesse. Malheureusement, cela n'a pas résolu le problème, mais c'est toujours une excellente souris. En réfléchissant à ces questions de délais de travail en free-lance et de révélations personnelles, je me suis demandé à quoi je pouvais me raccrocher, en dehors de ma souris bien conçue, alors que je navigue dans une carrière créative naissante. Comment puis-je savoir que je suis bon dans ce que je fais et que je dois continuer à le faire ?

Après trois ans de travail en tant qu'indépendant dans un domaine créatif, j'ai découvert quelques stratégies auxquelles je peux me raccrocher lorsque je me heurte à la route, en essayant de ne pas perdre le fil. Qu'il s'agisse de conjurer l'angoisse du "grand départ" ou d'adopter de nouveaux modes de création, j'espère modestement que quelque chose ici sera utile à d'autres professionnels de la création qui luttent contre le stress, l'incertitude et le tic-tac de la poursuite d'une voie inconnue.

1. Mettre le temps en perspective

La "grande chance" n'est pas la même pour tout le monde. Ce que tous les créatifs ont en commun, c'est qu'il est impossible de savoir quand, ou si, cela se produira. Il s'avère que c'est très stressant pour les humains car plus nous investissons de temps pour obtenir une récompense imprévisible, plus nous sommes incertains de l'atteindre un jour.

Pour moi, cela peut se traduire par un sentiment de désespoir croissant à chaque heure que j'investis dans un projet qui n'a pas encore abouti. Lorsque j'éprouve ce sentiment, j'essaie de prendre du recul, de reconnaître que je n'ai pas passé beaucoup de temps dans le diagramme de ma vie et de regarder mon mug utile sur lequel on peut lire "Calm the hell down" (Calmez-vous).

2. Fixer des objectifs que l'on peut contrôler

En parlant d'imprévisibilité, voici ce qui n'a pas fonctionné pour moi : fixer des objectifs dont je ne pouvais pas contrôler le résultat. Au début, je me suis fixé un objectif que je jugeais peu ambitieux : publier un article à la fois sur CBC et sur NPR en l'espace d'un an. Cela semble-t-il raisonnable ? Eh bien, j'ai échoué dans les deux cas et j'étais très embarrassé.

Pendant longtemps, ces échecs ont éclipsé mes autres succès et ont entamé ma confiance en moi. Aujourd'hui, lorsque je me fixe des objectifs, c'est pour des tâches que je contrôle entièrement (par exemple, écrire un peu tous les jours, envoyer un certain nombre de messages, apprendre à prononcer correctement le mot "archipel", etc.)

3. Faire face à l'envie de travailler

C'était un énorme problème. Les personnes que j'identifiais comme ayant commencé en même temps que moi semblaient décrocher des contrats impressionnants, gagner d'importants mentors (voir plus loin) et, en gros, gagner. Et s'ils gagnent, je dois perdre. C'est alors que j'ai entendu l'animateur de ce podcast décrire son idée du contraire de l'envie. Je pensais à quelque chose comme "confiance" ou "soutien", mais il a décrit le contraire de l'envie comme étant la connexion. Quelque chose a fait tilt en moi. Lorsque je tourne mon regard laser vert vers quelqu'un d'autre, j'efface son humanité et je suppose que je connais ses luttes (ou son absence de luttes).

Paradoxalement, j'ai été attiré par une carrière dans la création d'histoires audio pour son pouvoir d'empathie. Je suis le genre de personne qui met en exergue cette citation dans Expiation de Ian McEwan après avoir proclamé OUI à haute voix : "Ce n'est pas seulement la méchanceté et les intrigues qui rendent les gens malheureux, c'est aussi la confusion et l'incompréhension ; par-dessus tout, c'est l'incapacité à saisir la simple vérité que les autres personnes sont aussi réelles que vous. Et ce n'est que dans une histoire que l'on peut pénétrer dans ces différents esprits et montrer qu'ils ont une valeur égale. C'est la seule morale qu'une histoire doit avoir".

Lorsque je perds ce sentiment d'amour "les autres sont aussi réels que vous", je sais que la suppression ou la distraction ne résoudra pas le problème. Alors, je divertis le démon de l'envie pendant un petit moment, en m'adressant à un ami de confiance (heureusement, la plupart de mes amis ont peu de patience pour ma complaisance), puis je travaille sur la partie "connexion".

Pour moi, la connexion consiste à toujours dire aux autres artistes quand j'aime leur travail, à être fier de mes œuvres préférées et à être actif dans mes amitiés.

4. Partager vos ressources

Il est important de noter qu'une petite partie de cette envie était enracinée dans quelque chose de réel - remarquer quelles populations se voient ouvrir des portes.

Mon secteur, comme beaucoup d'autres, compte un nombre disproportionné d'hommes blancs hétérosexuels et éduqués au sommet. Soyons réalistes, cela me met encore en colère. Mais lorsque mon premier nuage d'autosatisfaction s'est dissipé, que le brouillard des privilèges s'est dissipé et que les précipitations - je plaisante, la métaphore est terminée - se sont dissipées, j'ai eu une prise de conscience qui m'a forcée à reconnaître que j'avais moi-même beaucoup d'accès et de ressources.

Après une année passée à me plaindre, j'ai décidé d'arrêter de contribuer au problème et de partager ce que j'ai avec les personnes en marge de la société. Pour moi, cela s'est traduit par l'organisation d'ateliers peu ou pas coûteux, par le partage de compétences et par la volonté de continuer à travailler pour changer un statu quo qui exclut les gens.

5. Se débrouiller sans mentor

Malgré mes recherches, je n'ai jamais trouvé de mentor officiel et je ne sais pas si j'en trouverai un jour. Dieu sait que j'en aurais bien besoin. L'apprentissage a été lent pour moi, car je me forme essentiellement par moi-même (merci l'internet). Mais ce n'est pas seulement l'apprentissage et l'accès que les mentors aident, c'est aussi la validation.

La plupart du temps, je me sens aussi dénué de talent qu'un sac à crottes de chien troué. La seule raison pour laquelle je ne m'effondre pas complètement dans le vide de mon propre dégoût est due à un petit groupe d'amis et de connaissances professionnelles qui me donnent patiemment leur avis sur mon travail.

Ce processus a commencé par la recherche d'une seule personne qui prenait mon travail au sérieux et par le fait de lui rendre la pareille avec le même soin et la même attention.

6. Divisez votre ego

Il y a environ un an, j'ai commencé à écrire plus sérieusement et je n'avais pas prévu à quel point la poursuite de deux moyens créatifs serait utile à ma santé mentale. L'écriture a ses propres incertitudes paralysantes, mais au moins mon ego est divisé et je me sens moins dévastée lorsque j'échoue dans un domaine.

Je suis également bénévole à la bibliothèque. Cela me fait du bien.

Je suis sûr que j'ai encore des recherches fiévreuses à faire sur Google pour changer de carrière. Peut-être devrais-je devenir arboriste, éleveur de poissons-chats, maçon, sommelier en thé, électricien, fossoyeur, sténographe, gardien de zoo de nuit. Mais pour l'instant, je vais continuer à avancer, car cela ne fait pas si longtemps que ça, après tout.

Ellie Gordon-Moershel est une productrice audio indépendante. En savoir plus sur son travail sur son portefeuille.

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez votre photographie grâce à notre guide de ressources gratuit. Bénéficiez d'un accès exclusif à des conseils, des astuces et des outils pour perfectionner votre art, construire votre portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom
S'abonner à la lettre d'information Field Label
fr_FRFR