Emplois dans les départements artistiques des films : Comment faire figurer votre art dans les films et à la télévision

L'histoire d'une niche incroyable dans le monde du design dont peu de gens connaissent l'existence.

scénographie wes anderson 1

Si vous avez vu Vinyle sur HBO, Happyish sur Showtime, Mozart dans la jungle sur Amazon Prime, ou de grands films comme Spiderman 3 ou Le Royaume de Moonrisevous avez vu le travail de Mark Pollard.

Artiste new-yorkais venu du Midwest, Pollard est simplement qualifié de "graphiste" ou de "directeur artistique" lorsque l'on consulte IMDB. Mais il a trouvé une niche incroyable dans le monde du design dont peu de gens connaissent l'existence : il crée l'art que l'on voit dans les projets cinématographiques et télévisuels. Les logos, peintures, affiches, devantures de magasins et autres œuvres d'art qui contribuent à renforcer le cadre et l'intrigue sont l'œuvre de Pollard et de personnes comme lui.

"Mon premier contact avec le monde du spectacle a eu lieu lorsque j'étais enfant dans le Wisconsin", a-t-il expliqué lorsque je lui ai demandé comment il avait fini par faire carrière dans le domaine du divertissement. "Je viens d'une famille d'artistes et mes parents créaient des œuvres d'art pour des émissions télévisées, telles que des boîtes à lunch, des livres de coloriage et des poupées en papier. Un jour, on leur a envoyé une bobine de 16 millimètres de la première La famille Partridge avant la première de la série. Je me suis procuré le film, j'ai fait des affiches et j'ai installé un projecteur dans l'arrière-cour. Ce jour-là, j'ai gagné mon premier dollar dans le show-business, en faisant payer les enfants 50 cents par tête. J'ai été un peu le grand homme du quartier pendant environ une semaine après cela".

Sa première véritable mission sur le plateau de tournage est cependant encore loin. "J'ai fait un portrait de Kojak Telly Savalas lorsque j'étais adolescent, qui lui a été présenté dans ce qui serait aujourd'hui un bowling hipster dans le nord de Chicago. C'était un homme très doux et il m'a écrit plus tard un mot qui disait : "Mark, tu es magnifique". -Telly". Cela m'a beaucoup impressionné. Je crois que j'ai encore ce mot quelque part".

Pollard poursuit ses missions ponctuelles et indépendantes et conçoit des publications et des catalogues pour l'institut de recherche de l'Union européenne. Galerie Pace à New York pendant plus de dix ans. Une rencontre fortuite va changer l'orientation de sa carrière.

Le risque d'endommager ces œuvres d'art coûteuses sur un plateau de tournage est beaucoup trop élevé. L'assurance à elle seule serait astronomique.

"Un jour, Oliver Stone est venu chercher des œuvres d'art contemporaines dans la galerie pour ses décors de cinéma. Wall Street. C'est plutôt inhabituel, car le risque d'endommager ces œuvres d'art coûteuses sur un plateau est beaucoup trop élevé. L'assurance à elle seule serait astronomique. Il n'a pas eu son Rothko, mais j'ai appris ce qu'était la reproduction d'œuvres d'art pour le cinéma".

Pollad a fini par créer des peintures de peintures pour ce film. "Cela m'a fait penser que je pouvais faire partie de quelque chose ici. Plus tard, il m'a fait jouer dans JFK dans un petit rôle, mais il a été coupé et j'ai encore des théories de conspiration à ce sujet".

Le bouche-à-oreille a continué à se répandre, ce qui a permis à Pollard d'obtenir d'autres contrats. "À la fin des années 80, j'ai conçu un livre de photos intitulé Cauchemars dans le ciel avec Stephen King et a vendu un traitement pour un film de Warner Bros. C'est une longue histoire hollywoodienne alambiquée qui a été racontée de mille façons, mais le film n'a jamais été réalisé. Au cours du processus, j'ai conçu une série d'affiches et de visuels pour le futur film et j'ai découvert que l'aspect créatif du cinéma m'intéressait beaucoup plus. J'ai réalisé que je n'avais pas d'appétit pour le côté commercial du show-business. Il n'y a que des chagrins d'amour".

J'ai réalisé que je n'avais pas d'appétit pour le côté commercial du show-business. Il n'y a que des chagrins d'amour.

Alors que certains réalisateurs et concepteurs de production préfèrent que l'essentiel de la recherche et du travail artistique soit décidé dès le début de la production, d'autres travaillent de manière plus organique et laissent le design évoluer tout au long de la production. Malgré ces différences, Pollard explique que "la plupart du temps, tout se passe bien. Cela ne devient stressant que lorsqu'il y a des restrictions budgétaires et temporelles qui ne permettent pas un processus créatif complet. Cela peut alors devenir un peu chaotique, mais on finit toujours par y arriver".

Comme il n'y a pas deux projets identiques, le nombre d'éloges adressés à un décorateur de plateau varie également. "Mon père était un artiste de combat de la marine", a déclaré M. Pollard. "Il a travaillé pour Étoiles et rayures et faisait des dessins de personnes comme Raider Russ. Il disait toujours qu'on n'entendait parler d'un travail que s'il posait problème. Il nous encourageait donc à ne pas chercher les louanges".

"Cela dit, on ressent la reconnaissance sur le plateau lorsque les choses se passent bien. Il s'agit davantage d'une félicitation commune à l'ensemble de l'équipe. C'est un high-five de cinq secondes quand on se rend compte qu'on vient de réussir la scène, et ensuite c'est 'OK, on passe à la scène suivante', sans une respiration entre les deux".

En ce qui concerne le processus de création des œuvres d'art pour une production, l'endroit où elles sont réalisées peut également varier. "La plupart des dessins sont fabriqués hors site, mais pour certains projets, tels que les pièces d'époque comme le Mildred Pierce ou Boardwalk EmpireNous comptons beaucoup sur les scénographes et les équipes de construction".

"Venant d'une famille de peintres traditionnels, j'apprécie le métier lorsque je les vois opérer la magie de l'ancienne école. Je peux leur donner des dessins, des rebondissements et des références générales, et ils créent le résultat final à la main. Ils font vraiment partie des meilleurs artistes de l'industrie cinématographique".

Alors que les acteurs, les réalisateurs, les producteurs et les auteurs-compositeurs touchent des droits d'auteur pour leur travail sur le plateau, les artistes comme Pollard ne bénéficient généralement pas du même luxe. "La plupart des œuvres d'art créées spécifiquement pour un projet sont la propriété du studio", a-t-il déclaré.

Mais il lui arrive de conserver la propriété de son travail. "Il m'arrive de créer des œuvres d'art originales qu'un designer verra et voudra intégrer dans une production", explique-t-il. "Il s'agit d'un travail personnel qui n'a pas été créé sous la direction du studio. J'en suis donc le propriétaire et je le loue à la production. En général, il s'agit de peintures d'arrière-plan qu'un personnage peut avoir dans sa maison ou son bureau. Mais cela n'arrive pas très souvent".

Aujourd'hui, je suis capable d'inventer en un clin d'œil quelque chose pour un bar clandestin des années 1920 ou une série policière des années 1970.

Parfois, certains de ces travaux peuvent être réutilisés, note M. Pollard, mais l'inspiration est rarement un problème pour lui. "De nos jours, je peux pratiquement créer quelque chose pour un bar clandestin des années 1920 ou une série policière des années 1970 en un clin d'œil.

Bien qu'une grande partie du travail de Pollard provienne de relations existantes, il doit encore faire quelques démarches auprès de l'industrie. "J'ai un agent pour la conception de livres qui traite avec les éditeurs, mais pas pour mes travaux cinématographiques". Il m'a expliqué que peu de concepteurs de production ont un agent, et que ce sont ces agents qui se chargent généralement de l'embauche. "Après avoir travaillé dans le secteur pendant un certain temps, nous nous connaissons tous. Parfois, j'accepte un travail particulier parce que j'ai hâte de travailler avec certaines personnes. Cela rend le travail plus agréable.

Les crédits de Pollard se chevauchent souvent en termes de dates de sortie, mais il estime que travailler sur plusieurs projets à la fois est rarement une option pour ce parcours professionnel. "Lorsqu'on travaille sur une production, c'est généralement trop intensif pour accepter des projets supplémentaires. Il y a parfois des appels pour de petits travaux artistiques que je peux réaliser pendant un week-end ou deux. Il note que l'attrait de ces contrats "de week-end" réside dans le fait d'être "comme une grande famille" et d'être en relation avec les nombreuses personnes qui ont été là lorsqu'il s'est trouvé dans une situation similaire.

Même lorsqu'il est très occupé par son travail et ses obligations familiales, M. Pollard continue de considérer la création artistique comme un passe-temps important. Cependant, le processus créatif entre les deux est très différent.

"Personnellement, j'ai besoin d'un peu de calme et d'un espace agréable pour peindre. Je peins toujours pour moi, même si cela me semble toujours insaisissable. Pour moi, cela a toujours été une sorte de moulin à vent. Pour le cinéma, tout va si vite qu'il est impossible de rester dans son bureau à méditer lorsque le travail doit être fait sur le plateau. Il faut se taire, prendre un bagel et faire ce qu'il y a à faire". Mais parfois, cette précipitation l'inspire de manière positive : "C'est vraiment passionnant et j'ai parfois une indigestion à la fin de la journée, mais c'est ce que je fais et j'aime ça.

Quels conseils Pollard donne-t-il à ceux qui souhaitent suivre ses traces en matière de carrière ? "La tendance actuelle en matière de tournage est à l'imagerie et à l'illustration numériques. De plus en plus de films sont conçus de bout en bout par des artistes numériques. Hugh Sicotte montre le type de travail que le cinéma contemporain recherche".

Mais il y a des exceptions à la majorité numérique d'aujourd'hui. Il y a encore des réalisateurs, comme Wes Anderson par exemple, qui dénoncent l'envahissement du numérique. Il est d'une autre trempe et n'a pas besoin de suivre les tendances".

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez votre photographie grâce à notre guide de ressources gratuit. Bénéficiez d'un accès exclusif à des conseils, des astuces et des outils pour perfectionner votre art, construire votre portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom
S'abonner à la lettre d'information Field Label
fr_FRFR