Théo Gosselin : Capturer sa vie sur la route qui incite à l'errance

Les photographies insouciantes de Theo Gosselin sont l'incarnation exacte de la "nostalgie" - et peut-être de la "FOMO".

i5syzuuirgjgujxvckwd

Ceux qui souffrent d'une forme ou d'une autre d'envie de voyager feraient mieux d'arrêter de lire maintenant. En discutant avec le photographe français Théo Gosselin, il est difficile de ne pas tomber sous le charme de son esprit vif et contagieux. Il parle de voyages, de camping et de temps passé dans la nature avec ses amis et sa famille, dont beaucoup apparaissent dans son travail. Son travail, tout simplement, vous transporte - c'est comme si vous pouviez sentir la brise à travers la fenêtre ouverte de sa camionnette faire bruisser vos cheveux, le soleil réchauffer votre peau.

drttener3rtcswuyv0ur

Né au Havre, une petite ville portuaire de Normandie, Gosselin a grandi sous le charme de l'océan et de la nature. Sa passion pour la photographie s'est forgée très tôt, dans une maison remplie d'appareils photo analogiques de ses parents : "J'ai vu [mes parents] prendre des photos pendant toute mon enfance, et vers 14 ans, j'ai commencé à prendre des photos. Des photos minables de papillons et de fleurs dans notre jardin. Malgré des débuts difficiles, ce qui semblait n'être qu'un simple passe-temps est devenu bien plus que cela après avoir étudié dans une école d'art à Amiens, en France. "Mes amis et nos vies sont devenus mon principal sujet, non pas en tant que photographe, mais en tant qu'adolescent qui veut capturer des souvenirs comme tout le monde.

C'est ma vie. Ce sont les gens que j'aime.

En cours de route, Gosselin a pris des notes sur les façons libérées de la culture underground américaine du 20e siècle. Des beatniks comme Jack Kerouac et Bob Dylan aux cinéastes rebelles comme Larry Clark, en passant par le mouvement punk des années 70 et 80, les thèmes qui prévalaient dans ces moments culturels influents sont les mêmes que ceux qui ont motivé Gosselin à prendre son appareil photo. "Je pense que nous aimons les mêmes choses, mais à des époques différentes", explique-t-il. "La liberté, l'aventure, l'amitié, vivre à 1000 km/h, bercé par la musique. Dans son esprit, ces cultures underground cherchent à promouvoir un monde de "jeunes adultes qui essaient de trouver une idée de la liberté pour rendre leur vie extraordinaire".

iqqtupkf8igdd9ctyphz

Il admet qu'il est difficile de vivre tous les jours comme cela, mais il estime que la vie sur la route a eu une influence inébranlable sur son travail. Ce goût pour le voyage l'a poussé à entreprendre un périple de trois mois à travers les États-Unis en 2012, voyage qui a débouché sur la publication de son premier livre, Avec le Coeurqui signifie "avec le cœur". Mélange de photos prises en 2011-2012 et de celles prises lors de son voyage de New York à Los Angeles, Gosselin décrit le livre comme "tout ce que j'aime, rassemblé en 109 pages". Il s'agit aussi bien de paysages et de photos de voyage que d'images de moments intimes partagés entre lui et les quatre amis avec lesquels il a voyagé. "C'est ma vie", dit-il. "Ce sont les gens que j'aime.

a9fktd5ynrtepyqwugev

L'approche photographique de Gosselin est très simple : pas de décors, pas de mise en scène, juste laisser les moments se produire - un style qui, on pourrait le penser, ne serait pas tout à fait propice à un travail plus commercial. Cependant, il se considère chanceux, car la plupart du temps, lorsqu'il est engagé pour des publicités ou des photos de mode, on fait appel à lui parce qu'on veut qu'il fasse ce qu'il fait le mieux, c'est-à-dire quelque chose d'entièrement dépourvu d'artifices. En fait, il est souvent en mesure de travailler avec ses propres amis comme modèles, produisant ainsi des moments qui lui semblent vrais, ainsi qu'au spectateur. Lorsqu'il travaille avec des mannequins ou des acteurs professionnels, Gosselin préfère les rencontrer à l'avance, afin de s'assurer que le même environnement " organique " et familier est maintenu sur le plateau.

Même s'il essaie de s'approprier ces prises de vue plus axées sur les produits, il lui est difficile de se sentir à l'aise dans le monde de la photographie commerciale. "Je déteste qu'il y ait 30 personnes dans mon dos qui regardent les photos en buvant du café", explique-t-il. "Lorsque je réalise des photos publicitaires, j'essaie de travailler avec une petite équipe afin de préserver l'intimité des images. Comme il le dit sans détour, "les clients peuvent rester dans le camion ou dans les tentes - un mannequin ne peut pas être vrai devant 30 personnes".

Je développe le film une fois rentré chez moi et ... le voyage se poursuit pendant des mois et des mois.

Il n'est pas surprenant que l'appareil photo préféré de Gosselin soit un appareil analogique : "C'est une autre façon de prendre des photos, basée sur l'instinct, les compétences et la relation entre l'homme et l'appareil, et c'est magnifique. Il a tâté du numérique et l'utilise encore principalement lorsqu'il travaille pour des clients, mais lorsqu'il a commencé à voyager, il s'est rendu compte qu'il perdait trop de temps à travailler en numérique. Il prenait trop d'images, les chargeait sur l'ordinateur et les modifiait immédiatement pour les mettre en ligne. "C'est pourquoi je n'ai plus que mon appareil photo argentique, un Nikon F2 avec des pellicules 24, 35 et 50 mm. Cette méthode lui permet de voir quelque chose d'intéressant et de ne prendre en toute confiance que 2 ou 3 photos avant de reposer son appareil, contrairement aux 600 photos que l'on pourrait être tenté de prendre lorsqu'on est équipé d'une carte mémoire de 32 Go. "Je développe le film une fois rentré chez moi et je redécouvre le voyage... Le voyage se poursuit pendant des mois et des mois".

f3fvkiuylidydasbtat9

Son amour de l'argentique peut s'avérer quelque peu contradictoire avec le rythme effréné des prises de vue commerciales. "Lorsque je travaille pour des clients, ils veulent toujours que les choses aillent de plus en plus vite, c'est pourquoi je travaille la plupart du temps en numérique. Cela dit, certains clients l'autorisent encore à photographier en argentique, car c'est cette qualité granuleuse et nostalgique qu'ils recherchent lorsqu'ils font appel à lui. Pour reprendre ses propres termes, ils cherchent à retrouver "la magie de la pellicule".

Malgré son amour du cinéma et son penchant pour la nostalgie, Gosselin est le premier à admettre qu'Internet lui a été d'un grand secours : "C'est un outil magnifique pour créer et partager, et un lien formidable pour se connecter au reste du monde. Non seulement il peut partager son travail avec des personnes de tous horizons, mais les médias sociaux jouent également un rôle important dans l'organisation de ses voyages. J'ai posté un message disant : "Hé, les gens, nous sommes à ________, voulez-vous nous rencontrer et nous montrer votre vie ? Nous sommes toujours amis et nous restons en contact grâce à Internet". Dans le même ordre d'idées, Gosselin voit quelques défauts dans l'importance accrue accordée aux plateformes de médias sociaux, car la valeur du travail d'un artiste est désormais souvent basée sur le nombre de followers qu'il peut récolter sur Instagram ou Twitter, ce qui le rend incroyablement reconnaissant envers ses nombreux et fidèles followers. "Je connais beaucoup de photographes très talentueux qui ne peuvent pas survivre parce qu'ils n'ont pas assez d'adeptes pour intéresser les clients. C'est pourquoi l'internet est un endroit si étrange, plein d'opportunités et de beauté, mais souvent très triste en même temps."

m1erzjew057sqgchtllu
hhmt3i9fmcdkjtoardtd

À l'avenir, il espère continuer à faire de même. "Je veux vraiment voyager de plus en plus, continuer à rencontrer des gens intéressants et à voir des endroits à couper le souffle, en partageant mes expériences avec le monde entier". Cet été, il entreprend un nouveau voyage de trois mois à travers les États-Unis, accompagné cette fois de sa compagne Maud Chalard - un personnage récurrent dans nombre de ses images et une directrice artistique et photographe talentueuse à part entière. "C'est nouveau pour moi de voyager avec ma petite amie", admet-il. "Nous voulons faire un livre sur ce voyage et sur nos différentes visions. Difficile de dire ce qui sortira de ce voyage, mais si vous connaissez son travail, vous saurez qu'il sera certainement rempli de paysages magnifiques, de visages tout aussi magnifiques et d'une sérieuse dose de FOMO.

theogosselin.format.com
@theogosselin

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez votre photographie grâce à notre guide de ressources gratuit. Bénéficiez d'un accès exclusif à des conseils, des astuces et des outils pour perfectionner votre art, construire votre portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom(Obligatoire)
S'abonner à la lettre d'information Field Label
fr_FRFR