L'art politique : Pourquoi les artistes doivent lutter contre le problème de la nostalgie en Amérique

Les dangers de la romantisation du passé et les raisons pour lesquelles la réimagination des thèmes de la nostalgie est devenue un art politique.

parker jour 1 2 1

L'Amérique a un problème de nostalgie, dont la preuve la plus récente est la campagne "Make American Great Again" (Rendre à l'Amérique sa grandeur) slogan de campagne qui a porté Trump à la Maison Blanche. De vastes pans du pays se réjouissent d'un paysage social et économique d'après-guerre qui n'a pas encore vu le démantèlement de l'industrie manufacturière américaine et de la classe moyenne qui la composait.

Nous connaissons tous l'intrigue. La scène : Après la Seconde Guerre mondiale : l'industrie est en plein essor et la classe moyenne américaine est heureuse dans son vert avocat et son or des moissons Maisons Levitt. Banlieue, culture de la restauration rapide et le concept d'"adolescents" évoluent.

Nous connaissons la suite : importations à bas prix, élimination des barrières commerciales et délocalisation de la main-d'œuvre. Les promesses de l'expansion capitaliste tardive sapent lentement et sûrement la classe moyenne et ses acquis. Ceux qui restent sont privés de leurs droits et en colère, nostalgiques d'une économie américaine pré-mondialisée où l'on pouvait encore partir en vacances ou acheter une voiture sans appartenir à l'élite économique.

Il en résulte un penchant dominant pour l'esthétique et la culture de la vie américaine du milieu du siècle et un oubli volontaire du chauvinisme, du consumérisme, du conformisme, du racisme et du nationalisme qui existaient parallèlement et au sein de l'industrie manufacturière américaine en plein essor de l'après-guerre.

Le problème, c'est que la nostalgie américaine ne fait pas preuve de discernement, comme c'est rarement le cas. Ce n'est pas seulement l'économie d'après-guerre que les gens évoquent avec nostalgie, mais aussi le paysage social et culturel de la culture de masse américaine du milieu du siècle et ses codes. De fortes voix conservatrices ont puisé dans le sentiment que les choses étaient meilleures autrefois (et peut-être qu'elles l'étaient, économiquement, pour les Blancs de l'Amérique moyenne) pour propager le sentiment que tout était mieux autrefois.

Il en résulte un penchant dominant pour l'esthétique et la culture de la vie américaine du milieu du siècle et un oubli volontaire du chauvinisme, du consumérisme, du conformisme, du racisme et du nationalisme qui existaient parallèlement et au sein de l'industrie manufacturière américaine en plein essor de l'après-guerre. Et cette nostalgie globale n'est pas l'apanage des conservateurs de l'Amérique moyenne.

On observe une certaine dissonance cognitive chez les millennials, qui fustigent les structures sociales oppressives, puis fétichisent sans esprit critique, par le biais de l'art et de la mode, l'esthétique et l'état d'esprit des périodes durant lesquelles ces structures sociales ont prospéré. Les tirages de photos de mode et les Quiz Buzzfeed s'approprient des emblèmes de l'Amérique classique de manière à atténuer ou à oublier leur contexte d'origine. Nous adorons les années soixante-dix en ce moment. Mais est-ce bien le cas ?

La question qui se pose est donc la suivante : comment pouvons-nous creuser l'esthétique de la culture du fast-food du milieu du siècle et l'antigoût des banlieues, tout en reconnaissant les sombres dessous sociaux de l'époque ?

C'est le cas de Nadia Lee Cohen, Scarlett Carlos Clarke, Eloise Parry et Parker Day. Ces quatre artistes émergents réimaginent ce à quoi la nostalgie peut ressembler dans la culture contemporaine et la rendent politique. Ils donnent à l'esthétique du milieu du siècle un traitement inquiétant en employant une imagerie qui plonge dans la corruption, le mauvais goût et le désagrément des décennies passées. Ils sont à la tête d'une nouvelle génération de photographes qui inaugurent une sorte de nostalgie plus audacieuse.

Leurs images reflètent des tropes communs : les femmes au foyer sont sexy, mais aussi profondément ennuyées, peut-être droguées, et hyper-saturées dans des combinaisons de couleurs qui nous font mal aux yeux. Le style rétro de leur travail est à la fois hideux, sinistre et attirant. Les sujets sont non conventionnels, baignés dans un éclairage révélateur et situés dans des décors kitsch-rétro-détritiques. John Waters, David Lynch et Stanley Kubrick s'attardent sous la surface. Quelque chose ne tourne pas rond, et nous ne pouvons nous empêcher de nous rappeler que l'Amérique n'a jamais été parfaite.

Le style rétro de leur travail est à la fois hideux, sinistre et attrayant.

nadia-lee-cohen-1

Nadia Lee Cohen

Originaire de Grande-Bretagne, il est aujourd'hui basé à Los Angeles, Nadia Lee Cohen est d'une nostalgie troublante. Récemment récompensée par le prestigieux Prix Taylor Wessing du portrait photographiqueElle s'adonne au genre de symbolisme américain qui vous donne la chair de poule : pensez à Lana Del Ray sous amphétamines dans un miroir de fête. Sa récente campagne pour la maison de design britannique Zizi Donohoe Les pieds sont chaussés de pantoufles en fourrure avec des ongles polis en forme de talons, le tout sur un fond de tapis en shag aux tons putrides, parsemé de mégots de cigarettes, de repas télévisés à moitié consommés et de produits de beauté inquiétants.

eloise-parry-1
eloise-parry-2
YouTube vidéo

Eloise Parry

Eloise Parryqui travaille en étroite collaboration avec un jeune créateur de mode Claire BarrowParry et Borrow ont sorti un court métrage l'année dernière, intitulé "Le goût de l'eau" et intitulé "Le goût de l'eau". Parry et Borrow ont sorti l'année dernière un court métrage intitulé Aller de l'avant (voir ci-dessus), une œuvre qui utilise le penchant de Parry pour mettre en avant l'étrange, le laid et le sinistre tout en explorant le style d'antan.

scarlett_carlos_clarke_Dazed_Body_1733-1920x1287

Scarlett Carlos Clarke

Photographe et cinéaste basé à Londres Scarlett Carlos Clarke s'inspire du passé pour créer des images bizarres, répulsives et fascinantes qui fétichisent et problématisent les femmes au foyer et les fast-foods. Dans sa série Dysmorphie corporelleElle explore l'autosurveillance de la perfection féminine en utilisant un langage visuel qui fait référence aux normes de beauté du milieu du siècle dernier.

parker-jour-2
parker-jour-1-2

Parker Day

Parker Day tourne en exclusivité sur Film 35 mmElle est née à Paris et travaille principalement dans le domaine du portrait. Ses personnages fictifs occupent un monde de néons miteux composé de bizarreries de la vie nocturne et de monstres de la vieille école. Elle active une sorte d'anti-esthétique et d'anti-nostalgie similaire à celle de ses pairs, et tire son inspiration des bandes dessinées underground des années 60 et de la douceur dystopique.

Pour en savoir plus sur les photos de Parker Day, cliquez ici.

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez votre photographie grâce à notre guide de ressources gratuit. Bénéficiez d'un accès exclusif à des conseils, des astuces et des outils pour perfectionner votre art, construire votre portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom(Obligatoire)
S'abonner à la lettre d'information Field Label
fr_FRFR