Pourquoi je pense que la photographie argentique est horrible

Photographiant depuis les années 1980, le photographe de mode Benjamin Kanarek qualifie la tendance analogique de "lente et encombrante".

film photographie analogique 1 échelle

Je me souviens de la première fois que j'ai acheté un appareil photo numérique. C'était en 2003 et j'ai reçu ce petit Canon G5Il s'agit d'un bon appareil photo, avec une résolution de 5 Mpixels.

Auparavant, j'utilisais des films. Il fallait les scanner dans un ordinateur, puis les manipuler numériquement. C'était bien, mais quand j'ai pris ce Canon, j'ai trouvé ça génial. C'est un retour d'information instantané. Vous voyez exactement ce que vous allez obtenir. Vous ajustez l'éclairage au fur et à mesure, vous réfléchissez en permanence.

Ce que l'on peut apprendre en numérique en un an est probablement cinq à dix fois supérieur à ce que l'on peut apprendre en argentique dans le même temps. Le film est une boucle de rétroaction très lente.

Lea-Julian-is-Rebel-in-Haute-Couture-by-Benjamin-Kanarek-02

Lorsque je photographiais pour des publications comme Harper's Bazaar et L'Officiel, j'utilisais des diapositives. La latitude est nulle. Vous pouvez avoir un demi-arrêt de chaque côté, et si vous dépassez cela, c'est trop sous-exposé et vous n'avez rien d'utilisable. Les personnes qui tirent des films négatifs ont peut-être deux diaphragmes au-dessus et un diaphragme et demi en dessous, ce qui permet de les corriger au laboratoire. J'ai utilisé des diapositives parce que le rendu est magnifique et que je connaissais bien mes expositions.

Pour les tournages de films, j'avais un service de messagerie qui attendait littéralement la première prise de la journée. Il enfourchait son scooter, se rendait au laboratoire et effectuait un test de clip. Il tirait trois ou quatre plans de la pellicule et les testait.

Si mon laborantin était bon, il m'appelait et me disait : "Kanarek, tu es en dessous d'un tiers." Je prenais alors des polaroïds pour les interpréter. Ils ne ressemblent pas du tout aux diapositives, mais ils peuvent vous dire si vous êtes au-dessus ou au-dessous. Les personnes qui ont appris la photographie analogique peuvent cligner des yeux et sentir l'exposition. Ils peuvent sentir la lumière.

Les tendance des jeunes photographes à revenir à l'argentique est déroutant pour moi. Ils connaissent les nouvelles technologies. Ils sont nés avec. Ce qu'ils ne connaissent pas, c'est l'ancienne technologie qui était ma seule option.

ELLE-Espagne-Cover-by-Benjamin-Kanarek

Je veux dire que je peux reproduire l'aspect de la pellicule en post-production. Si les gens pensent vraiment qu'ils ont un avantage en utilisant la pellicule, eh bien, d'accord. Si le client a le budget nécessaire pour payer la pellicule et l'ensemble du processus, qui est incroyablement coûteux aujourd'hui, très bien. Mais c'est vraiment contre-productif. Pour moi, la pellicule est horrible. C'est lent, c'est encombrant.

Je comprends que les gens pensent que le numérique a l'air plat, mais il n'a plus l'air plat. J'utilise un Nikon 36MP, dont le rendu est tout simplement incroyable. Vous transférez l'image numérique dans Photoshop, vous jouez avec les courbes, le contraste, la luminosité et vous ajoutez du grain si vous le souhaitez. Les directeurs artistiques me demandent : "Vous tirez encore sur pellicule ?", mais ce n'est pas le cas, c'est du numérique.

L'un des arguments contre le numérique est qu'il est possible de prendre des photos à n'en plus finir sans faire preuve de discernement. Je suis d'accord avec cela - c'est un problème. Savez-vous ce que je fais pour y remédier ? Je n'utilise que des cartes mémoire de 4 Go, parce que je ne veux pas faire de montage. Écoutez, l'édition est une véritable plaie. Vous ne voulez pas éditer 3 000 images. Avec une carte de 4 Go, vous obtiendrez environ 100 photos, ce qui équivaut à trois bobines de film. C'est un excellent moyen de faire preuve de discernement.

Au lieu de revenir en arrière, je veux utiliser les nouvelles technologies qui permettent de faire de la photographie. Ceux-ci Lytro Illum caméras ? Vous pouvez modifier votre mise au point en post-production. L'arrière-plan est littéralement mis au point après que la photo a été prise. Si je pouvais avoir un appareil photo de ce type, mais avec un objectif de 300 mm f/2,8, ce serait vraiment génial.

J'ai commencé à faire de la photographie de mode dans les années 1980 en utilisant tous les supports analogiques existants. J'ai évolué vers le numérique à contrecœur. Il s'agit simplement d'un autre outil d'expression, comme la différence entre la peinture à l'huile et la peinture acrylique. Un artiste est un artiste quel que soit son support. Pour l'instant, je reste dans le numérique jusqu'à ce qu'on m'installe un projecteur holographique dans le lobe frontal.

Benjamin Kanarek est un photographe de mode basé à Paris. Son travail a été présenté dans Harper's Bazaar, Vogue, Glamour, Elle, New York Times Magazine et W Magazine, entre autres. Visitez son portfolio ici.

Benjamin-Kanarek7
Modèle-Sara-Deanna-Domestic-Help-Fantasy-Benjamin-Kanarak
Alexandra-tikerpuu-by-Benjamin-Kanarek-1
Yulia-Serzhantova-Hippie-Glam-by-Benjamin-Kanarek-for-Harpers-Bazaar-China-09

Toutes les images sont de Benjamin Kanarek/Header via Unsplash

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez votre photographie grâce à notre guide de ressources gratuit. Bénéficiez d'un accès exclusif à des conseils, des astuces et des outils pour perfectionner votre art, construire votre portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom(Obligatoire)
S'abonner à la lettre d'information Field Label
fr_FRFR