Anne T. Donahue : Mythes et conseils sur le travail en free-lance pour les photographes, designers et artistes

Si vous pensez qu'il n'y a que des pêches et des crèmes, détrompez-vous : voici ce qui se passe réellement derrière les portes closes des freelances.

mythes du travail en free-lance flatlay 1

Entre vous et moi, le travail en free-lance semble être un rêve absolu. Vous faites vos propres horaires, vous déterminez les patrons pour lesquels vous aimeriez travailler et vous construisez votre carrière sur la base du travail que vous aimez et de votre capacité à l'exécuter. Que tout le monde soit béni, les free-lances font ce qu'ils veulent.

Mais ce rêve peut aussi devenir un véritable cauchemar. Les chèques de paie manqués, l'absence totale d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée et la panique sans fin de voir tout le monde se rendre compte que vous n'êtes qu'un imposteur accompagnent (et parfois éclipsent) la beauté du travail à domicile, par exemple. Mais vous prétendez que tout va bien, que tout est cool et que vous contrôlez totalement votre destin, même si vous avez souvent envie de sortir et de crier dans la nuit.

Voici les plus grands mythes du freelancing, et pourquoi ils sont faux, si faux, si complètement faux, aidez-nous s'il vous plaît.

Mythe 1 : Vous pouvez travailler quand vous le souhaitez

D'accord, dans une certaine mesure, c'est vrai. Si vous voulez vraiment vous lever à midi, travailler jusqu'à trois heures et passer le reste de la journée dans le parc sur une couverture, vous pouvez tout à fait le faire et je vous souhaite bonne chance. Mais lorsque vous n'aurez plus d'argent, vous apprendrez à ne plus jamais faire ce genre de choses parce que vous n'êtes payé que pour le temps que vous y consacrez.

Le freelancing est en quelque sorte la pire version du commerce de détail à temps partiel : si vous y consacrez du temps, vos finances le reflèteront. Mais contrairement au commerce de détail, il devient difficile de reprendre du travail si vous avez fermé trop de portes ou abandonné un contrat trop tôt, ou avant d'avoir eu l'occasion de prouver que vous êtes un rédacteur/photographe/graphiste/etc. qui peut être rentabilisé. Ainsi, alors que vous pouvez récupérer un poste chez American Eagle auprès d'un collègue qui n'en voulait pas, travailler en free-lance revient à approcher tous les directeurs de tous les magasins et à leur demander s'ils peuvent vous consacrer quatre heures de travail. C'est comme si Comment réaliser un quilt américainmais au lieu de tissus et d'histoires, vous essayez de reconstituer des loyers.

Mythe 1, partie 2 : Vous êtes toujours là

Cela dit, on croit que parce qu'on est attaché à son téléphone, à son ordinateur ou à son matériel de création (quel qu'il soit), on est toujours là. Et bien, non. Ce n'est pas comme ça que la vie fonctionne. Personne n'est toujours là. Aucune personne sur la planète n'est toujours là. La seule chose qui est toujours là, c'est le personnage joué par Paul Bettany dans The Avengers, qui est un robot et dont le travail consiste à être toujours là. Et les free-lances ne sont pas des robots. Sinon, nous serions tous dans la finance.

Mythe 2 : Cela dit, nous travaillons tous si dur que nous voulons secrètement périr.

Il est vrai que le travail en free-lance peut être très stressant, mais personne ici ne sauve des vies. Nous ne sommes pas des infirmières, des médecins, des thérapeutes ou des enseignants, nous sommes dans l'art. (Ce qui est également important, mais ne nous oblige pas à pratiquer la chirurgie ou quelque chose d'approchant). Est-il stressant de s'inquiéter de sa prochaine source de revenus ? C'est certain. Est-il frustrant de courir après les chèques de paie ou les emplois, ou de faire réviser un article pour lequel on ne reçoit presque rien ? Absolument. Mais le travail en free-lance n'est pas MANous avons le droit de prendre cinq minutes pour faire un thé, respirer et prendre du recul. Il peut être épuisant et frustrant de se consacrer à son art tous les jours, mais nous avons aussi le droit de prendre une seconde pour nous détendre lorsque les choses deviennent un peu trop difficiles.

Mythe 3 : C'est vous qui décidez pour qui vous travaillez

Techniquement, les free-lances 100% peuvent décider pour qui ils travaillent, puisqu'ils choisissent de contacter les publications ou les entreprises auxquelles ils souhaitent contribuer. Mais c'est à peu près tout. Comme dans n'importe quel autre emploi, vous travaillez avec la personne responsable d'une section particulière - vous ne vous associez pas à un copain ou ne choisissez pas vous-même votre équipe. (Une entreprise est un client, et c'est à vous de faire ce qu'elle attend de vous. Ce qui signifie que parfois le travail et les personnes avec lesquelles vous travaillez sont de véritables cauchemars, et tant pis, c'est à cela que sert l'argent. (Si vous n'aimez pas ça, vous pouvez démissionner ou éviter de travailler avec eux à l'avenir. C'est ainsi.

Mythe 4 : Les free-lances sont très cool

En fait, ce n'est pas un mythe, c'est tout à fait vrai. Nous sommes les plus cool. Tout ce que vous avez entendu de bien sur nos personnalités et nos tenues est exact. Merci d'avoir vérifié.

Mythe 5 : On fait ce que l'on aime

C'est un peu vrai ! La plupart du temps, vous faites le travail que vous aimez pour des gens qui le défendent. Mais il arrive aussi que vous fassiez le travail que vous préféreriez ne pas faire pour des personnes qui vous paieront pour le faire et vous acceptez avec joie le privilège de gagner de l'argent, quelle que soit la manière dont vous le faites. Écoutez : nous ne sommes pas tous Julia Roberts dans StepmomIl n'y a pas d'autre solution que de s'emparer de la restauration et d'en faire le petit homme en costume. Au lieu de cela, nous essayons tous de construire une carrière qui nous rende heureux. Et cela prend du temps. On gagne plus d'argent avec le temps, on prend plus de risques avec le temps et on devient un meilleur artiste avec le temps. Mais, pour reprendre les mots de Dr. SpacemanIl faut danser pour cela : aucun free-lance ne bénéficie d'un traitement de faveur, pas plus qu'il ne décroche immédiatement tous les emplois dont il rêve. La plupart du temps, les freelances qui réalisent les travaux les plus intéressants sont ceux qui s'investissent. (Et ceux qui se souviennent qu'ils peuvent prendre cinq secondes pour respirer et se préparer un thé).

A4 1 4

Un guide pour améliorer vos compétences en photographie

Améliorez vos photos grâce à notre kit gratuit pour débutants (*en anglais). Conseils exclusifs et astuces d'experts pour perfectionner votre art, créer un portfolio en ligne et développer votre activité.

Nom
S'abonner à la lettre d'information Field Label

Dernières nouvelles

fr_FRFR